LES CONCEPTS DU TRAVAIL SOCIAL


Ce travail de conceptualisation s'inscrit dans un désir/soucis de véracité, dans une volonté de questionnement et d'appropriation des concepts de la science du travail social afin de dévoiler l'art, science et technique, de la pensée et de la réflexion du professionnel. Notre démarche n'est pas de créer ou soutenir une "novlangue" car nous voulons nous appuyer sur les références classiques concernant les définitions des mots de la langue Française. Celles-ci se font visibles à partir d'un regroupement de sites internet nommé Loxilogos, cependant nous avons une préférence pour celui du centre national de ressources textuelles et lexicales. Dans la mesure où le mot a besoin de précision dans le cadre de sa définition en sciences du travail social, nous nous permettrons de compléter cette approche spécifique sur cette ressource : "Les concepts du travail-social", à partir de nos lectures. Nous fixons ainsi le sens de notre usage du mot tout en le rendant accessible. En même temps nous le proposons à la communauté scientifique du travail social comme à tout professionnel. 
 Ce travail s'inscrit dans une démarche libre et gratuite.
Browse the glossary using this index

Special | A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | ALL

Page: (Previous)   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  (Next)
  ALL

E

Erreur

 « ce qui fausse un résultat, ce qui n’est pas conforme à la vérité ou à la réalité » (Grawitz, 1999, p. 157).


Ethiques

Visée (souhait/désir) d'une ve accomplit avec et pour autrui dans des institutions justes.

Les éthiques en sciences du travail social s'articulent principalement autour de deux pôles à maintenir ensemble : le premier est le primat de l'éthique sur le politique à partir de la question de la confiance dans le vouloir vivre-ensemble d'un peuple et le deuxième est d'ouvrir une brèche dans tous les processus de normalisation, interne et/ou externe, fonctionnant en aveugle afin de faire une place à la personne et/ou au groupe vulnérables.


Ê

Être humain

Individu corps ET esprit 


Être reconnu

serait pour chacun recevoir l'assurance plénière de son identité à la faveur de la reconnaissance par autrui de son empire de capacité.



É

Évaluation 

processus qui produit un jugement de valeur pondéré, à partir d’un ensemble d’informations factuelles, en fonction d’un ensemble de critères étalonnés, sous l’influence du système de valeurs des évaluateurs.


F

Fait

« un fait est une réalité dynamique qui se constate dans le temps » (Lalande, 1999, p. 328)


Finalité

ensemble des raisons qui motivent une démarche.


G

Groupe

Le groupe est un ensemble de personnes réunies dans l’accomplissement d’une tâche collective. Sa structure propre créée une tension identitaire entre conformité et différenciation.


H

Handicap

Constitue un handicap au sens de la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, « toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives, ou psychiques, d’un polyhandicap, ou d’un trouble de santé invalidant. »

loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées (art. 2)


Herméneutique

Il existe différentes théories herméneutiques, science de l'interprétation des signes et de leurs valeurs :

1/ théorie perspectiviste (Nietzsche) tout est affaire d'interprétation. 

2/ théorie perspectiviste épistémologique (Kuhn) la science ne peut  s'appuyer que sur un paradigme d'interprétation.

3/ la théorie de l'historicisme (Dilthey) la science ne peut comprendre le phénomène qu'elle étudie uniquement à partir de son contexte.

4/ les théories herméneutique des profondeurs (dans les lignées de marx et freud) toute vision du monde serait guidée principalement par des intérêts plus ou moins avoués. La réalité n'est pas ce qu'elle est, le soupçon règne. 

5/ la théorie universelle (Heidegger) porte un sens existentiel, l'homme étant une interrogation pour lui-même il est d'emblée un être voué à l'interprétation.

6/ la théorie universelle doit être entendue en un sens langagier. Toute interprétation, tout rapport au monde, présuppose le langage (Gadamer). Toute compréhension présuppose le langage.

7/ en reprenant les 6 théories précédentes la théorie moderne de l'herméneutique voit plutôt dans le langage une mise en forme du réel.

La science du travail social ne se réduit pas aux points 1/ et 4/ pour construire une démarche scientifique de sa discipline. L'herméneutique n'est pas hermétique. 



Page: (Previous)   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  (Next)
  ALL